Tous les articles par DarkLadyofAll

The Borgias

The Borgias (2011- ?) – Neil Jordan

Avant un futur (long) article sur la série The Tudors, je voulais vous présenter sa petite sœur qui vient de commencer aux Etats-Unis et qui arrivera certainement très prochainement chez nous. Suivant le modèle de la série The Tudors, c’est de l’Histoire ! ^^ Mais version sexy pour s’adapter à un public pas forcément intéressé.

 

De quoi ça parle ? La série raconte l’histoire de la famille Borgia pendant la Renaissance (au XVe siècle), en Italie en particulier centrée sur Rodrigo Borgia, qui devint le Pape Alexandre VI en 1492.

Un peu d’histoire pour contextualisé la série : La série se passe avant la série The

Tudors puisqu’elle commence en 1492 lors de l’élection du Pape Alexandre VI ; Henry VIII n’a alors qu’1 an et n’est pas encore le roi que l’on connaît.

En 1492, il s’agit de l’année de découverte de l’Amérique et marque le début de la r

enaissance qui débuta en Italie, une période trouble pour l’église catholique.

Borgia est le nom italianisé de la famille Borja, originaire du Royaume de Valence (Espagne), qui a eu une grande importance politique dans l’Italie du XVe siècle. Elle a fourni deux papes, ainsi que plusieurs autres personnages, dont quelques-uns ont acquis une fâcheuse renommée.

La famille Borgia a subi une légende noire forgée par ses ennemis politiques. Les Borgia furent accusés pêle-mêle d’empoisonnement, de fratricides, d’incestes… Cette légende a contribué à faire des Borgia les symboles de la décadence de l’Église à la fin du Moyen Âge.

Fait d’armes de la famille Borgia :

Pour le Pape Alexandre VI (Jérémy Irons dans la série), le traité de Tordesillas, conclu entre les rois catholiques et Jean II de Portugal, le pape divise le Nouveau Monde en attribuant le Brésil au Portugal et le reste de l’Amérique latine à l’Espagne. Qui explique encore aujourd’hui la différence de langue au sein de l’Amérique latine.

Pour César Borgia (fils du précédent oui ! oui ! c’est possible !), il a notamment inspiré le livre Le Prince de Machiavel.

Suivant le modèle de sa grande sœur, la série se base sur la réputation scandaleuse de la famille Borgia : Alexandre VI a une femme Vanozza Gattanei qui lui a donné 4 enfants dont César Borgia, plus une maîtresse qui lui donna également 4 enfants. Ces enfants ne sont pas non plus des enfants de chœur (huhu ^^) puisque César Borgia servit de modèle au Prince de Machiavel. Il le présente comme le modèle du tyran : outre ses crimes politiques, on l’accuse d’avoir fait assassiner son frère aîné, et d’entretenir un commerce incestueux avec sa sœur, Lucrèce

Les Borgias n’ont également pas hésité à tuer des cardinaux pour récupérer leurs terres et leurs argents…

Une source de nombreuses histoires scandaleuse a présenté.

 

Mon avis :

Il est difficile de ne pas comparer la série avec sa grande sœur puisqu’elles sont liées, d’ailleurs avis à ceux qui ont regardé The Tudors, j’ai cru voir dans le générique de The Borgias quelques images également présente dans celui de The Tudors si vous pouviez me reconfirmer …

Étant une passionné d’histoire, une série historique comme The Borgias, je saute dessus tout de suite. J’avoue je ne connaissais pas du tout cette famille avant d’avoir vu la promo de la série l’année dernière. Comme les Tudors, l’histoire reste assez simple : on prend une famille assez scandaleuse qui a touché le pouvoir et a eu une influence en son temps. Un petit mélange de sexe, de pouvoir et de religion sans oublier le

 glamour et tout ça au moyen-âge voir la Renaissance. On obtient les Tudors et les Borgias.

Je suis la première à me faire prendre ^^ A part le côté, on prend ce qui est le plus scandaleux, The Borgias est vraiment bien. Les décors sontmagnifiques ainsi que les costumes. Ils se sont quant même payer Jérémy Irons qui est juste excellentissime dans tout ce qu’il fait. C’est un peu la seul star du show. Il porte la série sur ces épaules, comme l’a fait Jonathan Rhys Meyers sauf qu’il est plus connu internationalement. Les autres acteurs jouent également très bien mais sont moins connu. Je trouve la série pour les 3 épisodes que j’ai vu beaucoup plus sanglante que The Tudors, qui elle mettait l’accent plutôt sur le sexe. Au niveau historique, la série a l’air d’être assez cohérente avec la réalité même si je suis pas une experte de cette époque. Il faut voir aussi l’évolution de la série pour se rendre compte des modifications apportées par les producteurs; ce genre de série rend l’Histoire plus abordable et moins pompeux qu’elle ne peut y paraître même si elle ne montre pas l’histoire de façon véridique.

Pour le peu que j’en ai vu j’étais assez emballé, il reste à voir comment elle va évolué en sachant que la série vient juste d’être renouvelée pour une seconde saison

Mon prochain article sera donc consacré à sa grande sœur The Tudors

La musique du générique comme celle de la série  toujours composé par Trevor Morris

Oh, my God!

Mr Sunshine- pilot s01e01 (février 2011)

Mr Sunshine (2011) Crée par Matthew Perry, Alex Barnow

 

Voici un petit article sur une série qui vient de débuter aux États-Unis: Mr Sunshine.

En premier lieu, ce qui m’a poussé à regarder cette série, c’est l’acteur principal Matthew Perry. ^^

Il était l’un de mes « Friends » préférés et j’adore cet acteur. On le voit pas assez souvent à mon goût depuis la fin de  Friends. Il a joué dans une série: Studio 60 on the Sunset Strip (2007) qui s’est arrêtée après 22 épisodes. Il n’a pas eu beaucoup de chance avec ces projets TV un peu comme les autres « Friends ».

Venons-en à Mr Sunshine, sa nouvelle série.

 

Un petit synopsis pour commencer:

 

Ben Donovan, le directeur d’un stade de San Diego particulièrement auto-centré, traverse la fameuse crise de la quarantaine aux cotés de ses collègues excentriques, parmi lesquels Crystal, sa patronne, très capricieuse; Alice, la mignonne directrice du marketing avec qui Ben partage régulièrement quelques moments intimes; Alonzo, un ancien basketteur continuellement heureux; Heather, l’assistante de Ben qui semble douce mais qui cache en réalité un tempérament de feu; et le fils de Crystal, le nouvel employé un peu débile sur les bords.

 

Mon avis sur cette série:

j’ai pu voir à ce jour les 2 premiers épisodes de la série. L’histoire n’est pas forcément exceptionnelle et l’humour est parfois lourd. Les épisodes sont court ce qui n’est pas un mal. ^^

J’ai quand même bien aimé cette série. J’imagine ça comme la crise de quarantaine de Chandler après que Monica l’ai quitté ^^.   J’ai personnellement préféré le second. Je l’ai trouvé beaucoup plus dynamique et plus drôle. Non! Non! Ce n’est pas parce qu’il y a un Jonas Brothers dedans! lol

Je suis pas accro mais c’est sympa à regarder de temps en temps.

 

 

Pourquoi regarder Mr Sunshine:

  • les acteurs: De nombreuses têtes connus sont au casting de cette série: bien sur Matthew Perry mais également Allison Janney (vu notamment dans A la maison blanche) et James Lesure (vu dans Las Vegas c’est lui le voiturier!!)
  • L’humour assez piquant de Ben!
  • les guest star comme Nick Jonas, Liz Caplan
  • Revoir Matthew Perry ^^

 

Stargate Atlantis S05E06

Stargate Atlantis- Seconde Enfance (The Shrine) s05e06 ( aout 2008)

Stargate Atlantis (2005-2009) Crée par Brad Wright, Robert C. Cooper

Après l’article de ma collègue Nephthys 9453 sur le deuxième téléfilm de Stargate SG1, je me voyais donc dans l’obligation dans faire un sur sa petite soeur: Stargate Atlantis et sur un épisode en particulier.

Je ne me lancerai pas dans une comparaison entre les deux séries pour plusieurs raisons:

  • je n’y tiens pas car je les adore toutes les 2 ^^
  • malgré de nombreuses ressemblances aux niveaux personnages et histoire, Stargate Atlantis a à mon sens sa propre identité Elle est la continuité de sa grande sœur donc c’est normal qu’elle lui ressemble contrairement à Stargate Universe qui « casse » un peu les codes de la franchise ce qui n’a pas été forcement apprécié par les fans (personnellement je l’ai regardé sans grand plaisir! Non non! Ne me lapidé pas! )
  • sa serai trop long na!

Arguments peu fondés mais c’est pas grave!!!

Je vais donc vous présenter un épisode de Stargate Atlantis et pas n’importe lequel MON préféré de toute la série!!!!! On a tous un épisode fétiche dans une série pour Stargate SG1 sa restera l’excellent épisode 6 de la saison 4: L’histoire sans fin (Window of Opportunity ) un petit bout pour le plaisir:

Revenons au sujet principal: Seconde Enfance (The Shrine). Cette épisode met en avant un personnage que j’ai toujours adoré à la foi dans Stargate SG1 et dans Stargate Atlantis: Le docteur Rodney « Meredith » Mckay joué par l’excellentissime David Hewlett.

Pour vous mettre dans le contexte je vais vous présenter rapidement Rodney Mckay. C’est un brillant astrophysicien et l’un des meilleurs experts sur la Porte des Étoiles, Rodney est membre de l’équipe de reconnaissance principale de la base d’Atlantis, sous le contrôle du Lieutenant Colonel John Sheppard (miam!). Ayant une personnalité pessimiste et arrogante, il est par ces mésaventures très attachant et surtout très drôle malgré lui. Il est souvent jaloux du Lieutenant Colonel John Sheppard qui a plus de succès avec les femmes (on se demande pourquoi!!). C’est un personnage qui est assez peureux comparé à d’autres personnages, comme Ronon Dex, qui foncent sans hésiter. Il a une brillante capacité à trouver des solutions lorsque la situation semble perdu d’avance et surtout quand sa vie est en jeu.

J’oubliais, il est aussi mortellement allergique au citron ce qui explique pourquoi le Lieutenant Colonel John Sheppard en a toujours sur lui. ^^

Son personnage évolue beaucoup au fil des saisons jusqu’à cet épisode où on lui découvre un tout autre visage.

Un petit résumé de cet épisode: Rodney McKay souffre d’une version pégasienne du virus Alzheimer et perd très rapidement la mémoire et retourne à un état enfantin. Son état a été diagnostiqué trop tard pour le soigner mais Ronon pourrait bien avoir la réponse qui le sauvera.

Ce résumé ne rend pas trop justice à l’épisode. Je vais essayer dans dire plus sans être trop longue. L’épisode commence par un film du docteur Keller qui présente un Docteur Mckay revenu à l’état d’enfant et ne voulant plus se faire appeler « docteur » car il n’est plus intelligent. Cette vidéo est visionnée par Jeannie Miller, la sœur de Rodney (qui est en passant Kate Hewlett la vraie sœur de l’acteur). On lui explique qu’il reste très peu de temps à vivre à Rodney et qu’elle doit lui dire au revoir.

Pourquoi cet épisode plutôt qu’un autre? J’avoue que j’ai du mal à expliquer pourquoi! ^^ J’ai toujours adoré Mckay. L’acteur David Hewlett est vraiment excellent et en particulier dans cet épisode. Il passe d’un Rodney Mckay génie à un Rodney conscient de sa « chute » et pour une fois ne pouvant trouver une solution pour se sauver. Ces amis veulent lui dire au revoir et ils décident d’aller dans un sanctuaire, le Sanctuaire de Talus,qui redonne la raison pour une journée aux personnes touchées par cette maladie. Pour avoir une dernière journée avec un Rodney Mckay « normal »,Ce n’est pas aussi facile puisque la planète est occupé par des Wraith.

D’ailleurs, on apprend dans cet épisode que le père de Woolsey, le chef de l’expédition, était atteint de la maladie d’ Alzheimer. C’est la première fois que Woolsey dévoile un peu de son passé.

Au final, ils réussissent à atteindre le sanctuaire où Mckay redevient lui même. Lorsqu’il sait que c’est pour seulement une journée il considère la situation comme une torture ce qu’on peut comprendre. Ils le sauvent en lui ouvrant la tête enfin je passe les détails! ^^

 

On peut voir l’évolution de la « maladie » de Mckay dans cette vidéo:

 

Et vous, quel est votre épisode préféré de la franchise Stargate?

 

 

Cape ou pas Cape!?

The Cape- Pilot s01e01 ( janvier 2011)

The Cape (2011-?) Crée par Tom Wheeler

On a tout besoin d’un super-héros non? Et ben en voilà un d’un genre bien particulier The Cape!! C’est une toute nouvelle série qui vient de débuter sur NBC donc pour l’instant il n’y a pas trop d’épisodes qui on été diffusé.

Voici une petite synopsis de la série:L’officier Vince Faraday était un bon flic essayant de nettoyer sa ville de la corruption généralisée. Victime d’une machination et laissé pour mort, il est obligé de s’enfuir et de se cacher, loin de sa femme et de leur enfant. S’inspirant du comic préféré de son fils, il décide de devenir « The Cape », un super-héros faisant régner la justice dans les rues, effrayant les criminels de tous genres. A la recherche du parrain de la pègre qui l’a voulu mort, Vince rêve de retrouver un jour sa famille.

Les acteurs de cette série ne sont pas des inconnus. On a pu les voir dans plusieurs séries:David Lyons (Vince Faraday) vu dans Urgences, l’excellent James Frain (que j’aime beaucoup ^^) vu dans The tudors ainsi que Summer Glau la protectrice de John Connor dans les Chroniques de Sarah Connor.

L’épisode commence par la mort du nouveau Chef de la police de Palm City (oui c’est le nom de la ville. Elle se trouve en Floride), assassinée par un tueur professionnel aux yeux de serpent Chess (James Frain). La corruption est tel que notre bon flic décide de partir de la police et d’accepter la proposition de Peter Fleming, PDG de l’entreprise ARK qui compte racheter la police de Palm City. C’est là que ça tourne mal pour notre héros. Je vous laisse découvrir la suite par vous même.

Vous vous dites pourquoi ce nom « The cape » ? Le héros « sauvé » par des forains braqueurs de banques utilise une cape « magique », enfin… en tout cas capable d’attraper un couteau pour la planter dans une cible ou encore de se rétracter automatiquement. J’admets que ça lui donne une allure assez classe à Vince. De plus, la BD préférée de son fils s’appelle « The cape ». La boucle est bouclée. Je lui piquerais bien d’ailleurs pour attraper la télécommande de la télé quand je suis dans mon lit ça serait fort utile!!

 

Le générique colle bien à l’univers BD de la série à voir ici:

Un épisode est construit avec des chapitres avec le titre sur fond noir ce qui donne un certain dynamisme à la série.

Pour ma part j’ai adoré cet épisode. C’est un peu cliché parfois surtout la dernière scène. Cette série est drôle; la scène du combat entre Vince et un nain est assez drôle. Je n’ai pas pu voir d’autres épisodes pour vérifier qu’ils étaient sur la même longueur d’onde mais j’ai bien apprécié cet épisode. Il y a donc de grandes chances que je continue à la regarder.

Des captures d’écrans de l’épisode:

Un raton laveur voleur

Quel blagueur ce Vince!

Welcome in Hell House!!

Supernatural-La maison de l’Enfer (Hell House) s01e17 (première diffusion USA mars 2006)

Supernatural (2005-?) Crée par McG, Eric Kripke

 

Pour mon premier article, je vais vous parler d’une de mes séries préférés Supernatural et en particulier l’épisode 17 de la saison 1: La maison de l’enfer.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore la série voici la synopsie de la série:

Sam et Dean sillonnent les États-Unis à bord d’une Chevrolet Impala noire de 1967 et enquêtent sur des phénomènes paranormaux (souvent issus du folklore, des superstitions, mythes et légendes urbaines américaines mais aussi des monstres surnaturels tels que les fantômes, loup garous, démons, vampires…).

 

La série est portée par 2 excellents acteurs: Jensen Ackles (que vous avez pu voir dans plusieurs séries comme Dark Angel, Dawson, …) et Jared Padalecki (Gilmore Girl) ainsi que par des scénarios très bien écrit alternant entre film d’horreur et sketch entre les deux frères. L’épisode 17 de la saison 1 en est le parfait exemple:

Un groupe de jeunes pénètrent dans une maison hantée, et ils découvrent le corps d’une femme, pendue. Sam trouve un site internet rela

tant l’histoire de cette maison, et ils partent l’explorer. Mais ils sont attaqués par l’esprit du fermier qui hante les lieux, et Sam comprend alors un étrange phénomène: l’esprit peut posséder la maison parce que des personnes croient à cette histoire via le site internet. Les Winchester n’ont alors qu’une solution: convaincre les auteurs du site de le fermer.

Mon avis sur cet épisode: un des épisodes les plus drôles de la série mais qui ne néglige le côté effrayant avec le « démon » que les frères Winchester doivent affronter. La relation des deux frères est mis en avant par leurs farces réciproques. L’épilogue de l’épisode nous

interroge sur nos propres frayeurs (un peu philosophique je sais… ^^). D’ailleurs, on a tous un frère ou une sœur à qui on a fait (ou au moins tenté) des blagues, un peu foireuse. J’avoue que la scène où Dean met du poil à gratté dans le caleçon de Sam et assez drôle (ce n’est pas du tout parce qu’on peut voir Jared Padalecki torse nu. Non! Non!…).

Pour ma part, je trouve que ce genre d’épisode manque dans les saisons suivantes de la série même si de nombreux épisodes sont très drôles mais moins centré sur la relation des deux frères.