Tous les articles par Filipa

Festival Séries Mania – Saison 4

Les séries d’ici et d’ailleurs seront une fois de plus à l’honneur au Forum des Images ! Le Festival Séries Mania ouvre ses portes lundi 22 avril pour une semaine de découvertes et de rencontres.

Titre-Series-Mania-2013_programmeSeries-Mania-saison-4_programme

Le Festival Séries Mania diffusera cette année encore de nombreuses séries du monde entier, inédites en France ou bien en avant-première. Il y aura même des « Marathons » comme lors de la soirée d’ouverture, où l’intégralité de la mini-série britanniques The Fear sera diffusée – et présentée par Peter Mullan himself.

Petit tour d’horizon des choses à voir (bien évidemment, ce planning est totalement subjectif, donc il y aura essentiellement des séries britanniques):

Lundi 22 avril

16h30 : Table ronde animée par Thomas Destouches sur le sujet « ADAPTATIONS,REMAKES ET REBOOTS : les séries sont-elles toujours aussi créatives ? »
Voilà une question que je me pose souvent.. (et plus précisément quand je vois qu’une chaine américaine a décidé de faire un remake d’une série britannique…)(ça ne leur reviendrait pas moins cher de simplement diffuser la dite série ?)

19h30 : Soirée d’ouverture avec un Marathon THE FEAR : Rickie Beckett, un entrepreneur mafieux, rêve de reconstruire une zone abandonnée à Brighton. Mais il se trouve confronté à une bande de malfrats albanais particulièrement féroces, tandis qu’une forme de démence commence à l’atteindre. Ses deux fils tentent de contenir la situation… Peter Mullan interprète magnifiquement ce père shakespearien en perte de contrôle dans un thriller haletant de bout en bout.
Diffusion des 4 épisodes de la série, en présence de Peter Mullan.

The_Fear

Mardi 23 avril

17h30 : Présentation par Marie-Elisabeth Deroche-Mile de LINE OF DUTY: L’inspecteur Gates vient d’être nommé policier de l’année pour ses résultats excellents. Trop pour être vrais ? La brigade anticorruption décide d’enquêter sur son cas… Abus de pouvoir, mensonges, manipulation : les coulisses peu reluisantes d’une bureaucratie où les choses sont rarement ce qu’elles paraissent. Porté par un casting impeccable, un policier détonnant, froid et captivant.
Diffusion des deux premiers épisodes (sur 5 pour la série finale).

21h : Présentation par Léo Soesanto de HANNIBAL : Cette nouvelle série de Bryan Fuller (Pushing Daisies) revient sur les années de jeunesse en tant que psychiatre du célèbre serial killer Hannibal Lecter – interprété ici par le charismatique danois Mads Mikkelsen – et sur sa relation fascinante avec le jeune profiler du FBI Will Graham. Portée par une esthétique de la mort raffinée et perturbante, cette série est sans conteste l’une des plus attendues de l’année.
Diffusion des deux premiers épisodes (sur 13 pour la saison 1).
Sans doute l’une des meilleures séries américaines du moment, à NE PAS RATER !(la présence de Hugh Dancy est un plus non négligeable, il faut l’avouer).

Hannibal-595x220

Mercredi 24 avril

14h : Table ronde animée par Catherine Wright sur le sujet : LES COPRODUCTIONS EUROPÉENNES. On y parlera entre autres de Spies of Warsaw (série britannico-polonaise avec David Tennant ) et Odysseus (série franco-italo-portugaise)

17h30 : Présentation par Sophie Gardiner et Marie-Elisabeth Deroche-Miles de SECRET STATE : En pleine campagne législative britannique, l’explosion mortelle d’une usine pétrochimique puis le crash mystérieux de l’avion du Premier ministre bouleversent le pays. Placé aux commandes, le vice-Premier ministre se lance dans une quête de vérité et de justice… Thriller palpitant sur les arcanes du pouvoir, Secret State est servie par un casting de haut vol, Gabriel Byrne (In Treatment) en tête.
Diffusion des deux premiers épisodes (sur 4 pour la série finale).

Jeudi 25 avril

20h30 : Marathon A YOUNG DOCTOR’S NOTEBOOK présenté par Anne Mensah et Huw Kennair-Jones : En 1917, fraîchement arrivé dans un hôpital de Sibérie, un jeune et maladroit docteur (Daniel Radcliffe, Harry Potter) subit les jugements désabusés de son double plus âgé (Jon Hamm, Mad Men). D’après les mémoires de Mikhaïl Boulgakov (« Le Maître et Marguerite »), voici un petit bijou d’humour, entre cynisme anglais et grotesque russe, porté par un duo de comédiens explosif.
Diffusion des 4 épisodes (de 30min chacun).

Vendredi 26 avril

16h15 : Présentation par Kate Harwood et Marie-Elisabeth Deroche-Miles de RIPPER STREET : En 1889 dans les rues de Whitechapel, la police londonienne se trouve confrontée à des meurtres de prostituées qui évoquent les exactions de celui qui lui a échappé six mois plus tôt : Jack l’Éventreur… Admirablement réalisé et interprété, Ripper Street replonge dans le mythe de ce meurtrier légendaire, tout en évoquant les débuts de la police scientifique et de l’implication de la presse dans les enquêtes.
Diffusion des deux premiers épisodes (sur 8 pour la saison 1). Jack l’éventreur, le Londres victorien et Matthew MacFadyen : un trio à en pas rater !

Samedi 27 avril

18h : Présentation par Judith Louis de PARADE’S END : Sur fond de Première Guerre mondiale, l’histoire d’un triangle amoureux entre le rigide Christopher, son épouse frustrée Sylvia et la suffragette Valentine qu’il s’interdit d’aimer. Un scénario très attendu de l’auteur Tom Stoppard, écrit à partir d’un roman réputé inadaptable, et incarné en contre-emploi par la nouvelle star britannique Benedict Cumberbatch.
Diffusion des deux premiers épisodes (sur 6 pour la série finale).

La diffusion sera suivie d’une rencontre exceptionnelle avec le scénariste Tom Stoppard (je vais peut-être pouvoir lui faire dédicacer mon exemplaire de Arcadia)

tumblr_mgkkqlUQbQ1qgae0ho1_500h

Dimanche 28 avril

15h : Présentation par Marie-Elisabeth Deroche-Miles de BROADCHURCH : Le corps d’un garçon de 11 ans est retrouvé au pied des falaises d’une petite ville côtière du Dorset. Cette série poignante et haletante s’intéresse aux ravages du deuil et aux conséquences en chaîne de l’enquête et des projecteurs des médias braqués sur cette petite communauté dont la tranquillité va se fissurer… Encore une preuve du savoir-faire britannique à son plus haut niveau !
Diffusion des deux premiers épisodes (sur 8 pour la série finale). Une série à voir absolument pour son intrigue maitrisée et sa mise en scène, le tout magnifié par un casting irréprochable : David Tennant, Arthur Darvill, Andrew Buchan, Jodie Whitakker, Olivia Colman David Bradley etc…

17h30 : Présentation de MEURTRES AU PARADIS : Richard Poole est un enquêteur Britannique plongé en plein cauchemar : lui qui n’a jamais quitté Londres est envoyé aux Caraïbes pour diriger un commissariat. Richard déteste la chaleur, le soleil et les fruits de mer. Et on lui adjoint une équipière dont il se serait bien passé : une jolie métisse effrontée et… française ! Une coproduction francobritannique pleine de charme qui se joue des clichés avec malice et élégance.
Diffusion des deux premiers épisodes (sur 8 pour la saison 1)

18h45 : Présentation par Kate Harwood et Marie-Elisabeth Deroche-Miles de IN THE FLESH : Dans une Angleterre postapocalyptique, les humains ont dompté l’invasion de zombies. Ils vont même jusqu’à les capturer pour les rééduquer et les laisser vivre parmi eux. C’est le cas de Kieran Walker qui retrouve son village et sa famille quatre ans après son suicide. Un nouveau tour de force britannique avec cette mini-série à mi-chemin de The Walking Dead et des Revenants !
Diffusion du premier épisode (sur 3 pour la saison 1)(car oui, on espère qu’une saison 2 verra le jour).
Ma première (et sans doute dernière) série de zombies : des personnages réfléchis et attachants, une intrigue originale et qui donne matière à réfléchir, un final émouvant – une mini série captivante !

BBC-In-The-Flesh

Mais évidemment, SÉRIES MANIA c’est aussi bien plus que cela : des rencontres avec Farhad Safinia (créateur de Boss) et Agnieska Holland (créatrice ce de Burning Bush et réalisatrice d’épisodes de Treme, The Killing US et The Wire); des tables rondes et conférences, d’autres marathons (The Walking Dead (S3), Odysseus,et Don’t ever wipe tears without gloves); des séries américaines (The Following, The Americans, Banshee, Games of Throne (S3), Boss (S2), House of Cards etc), des séries du monde entier (bien trop de choses à découvrir pour toutes les citer), des séries françaises (Dos au mur, Cherif, Q.I (S2), Un village français (S5) et la saison 2 de Girls en soirée de clôture.

Points importants : toutes les séries sont bien évidemment en VOSTFR et l’entrée est libre et GRATUITE.

Toute les infos complémentaires (comment y aller, horaires des séries et conférences non citées) sont sur le SITE DU FESTIVAL.

Being Human saison 4 : trailer et prequels

Vous ne le savez peut-être pas, mais Being Human fait partie des séries préférées de certaines rédactrices du blog (Selena en a parlé quelque peu ici, et moi beaucoup là). Et ces rédactrices sont très impatiences de voir la prochaine saison malgré le final de la saison 3 (sur lequel je ne dirai rien, votre mission pour 2012 étant de regarder cette série si ce n’est point déjà fait.).

Après nous avoir fait pleurer et déprimer à force de nouvelles plus ou moins bonnes pendant environ 8 mois, la BBC a officiellement lâché toutes les infos, trailers et même petites vidéos racontant des évènements passés des nouveaux personnages ! Un peu sceptique au début, je ne suis désormais que joie à l’intérieur de moi !

Bref, Allons-y Alonso pour citer l’un des plus grands hommes de l’histoire de la télé.

PS : Cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant : tout ce qui suit comporte bien évidemment des spoilers sur les saisons précédentes. A lire à vos risques et périls.

Lire la suite Being Human saison 4 : trailer et prequels

Summer Series [Filipa]

Aaah les vacances d’été… le soleil, la plage (la montagne pour moi) et surtout : le temps libre !

L’été, c’est la saison des vacances, mais aussi le moment idéal pour rattraper son retard sériesque ! Et oui, faut bien s’occuper quand il fait gris dehors… Personnellement, mon été fut riche en découvertes et émerveillement niveau petit écran.

Pretty Little Liars :

J’avais commencé la série en mai dernier, mais je m’étais arrêtée à l’épisode 6 car je n’avais pas la suite. C’était le moment parfait pour regarder les 16 épisodes manquants ! La série est adaptée des romans du même nom de Sara Shepard, et comme on s’en doute, elle est bien différente des romans. Mais sur certains points, c’est un bien ! On suit donc le quotidien de 4 amies – Aria, Hannah, Spencer et Emilie – qui se sont perdues de vue après la mort d’une de leur amie, Allison. Un an plus tard, on découvre le corps d’Allison, et c’est le début du cauchemar pour les filles : elles commencent toutes à recevoir des messages signés « A ».    « A » pour Allison ? Possible. Ou pas. Une chose est sûre, « A » connait énormément de choses sur chacune d’elle – et sur beaucoup d’autres. Pretty Little Liars c’est un peu mon « pretty guilty pleasure » de l’été  : pas crédible pour un sou, des acteurs beaux et biens, des personnages trop parfaits pour être vrais (raaaaah Mr Fitz), un jeu souvent forcé, des intrigues tirées par les cheveux, et plein d’absurdités. Mais franchement, c’est pas grave – parce qu’on passe un très bon moment, et qu’on s’attache aux personnages. Et pour ma part, ça me suffit !

Bedlam :

Comme l’indique le titre, on va parler de Bedlam – oui, oui, l’asile de Bedlam en effet. L’asile est dans la famille Bettany depuis plusieurs générations, et en 2011, Warren Bettany (avec l’aide de sa fille Kate) décide de transformer l’asile en complexe immobilier de luxe. Mais c’est sans compter sur les fantômes des anciens pensionnaires qui n’ont pas l’air ravis de la transformation. Heureusement, Jed n’est pas loin – cousin par adoption de Kate, il est aussi le seul capable de voir les fantômes et de les arrêter. On pourrait s’attendre à une énième série  sur des fantômes qui sèment le trouble, mais Bedlam c’est un peu plus que ça. A la différence d’autres séries (en fait, je dis ça, mais j’ai pas vu beaucoup de séries avec des fantômes)(à part Ghost Whisperer que j’ai pas regardé en intégralité et Being Human qui est un cas tout à fait à part), les fantômes de Bedlam ne s’attaquent pas aux locataires pour les faire partir – bien au contraire – mais par esprit de vengeance et à chaque fois pour une raison bien particulière. Le pire étant que souvent, ces fantômes n’ont pas conscience de ce qu’ils font.
Bedlam est bourré de défauts, il faut dire ce qui est – ne serait-ce qu la réalisation inégale due au peu de moyens employés et aux personnages stéréotypés…Mais là encore, on passe un bon moment (le fait que Jed ne fasse absolument pas mal aux yeux aide beaucoup il faut l’avouer). Dommage cependant qu’il n’y ait que 6 épisodes, et aucune confirmation pour une seconde saison car malgré ses histoires un peu bancales et le fait que les épisodes suivent tous le même schéma, les arcs autour de Jed et Kate sont suffisamment intéressants pour attiser notre curiosité et nous donner envie d’en savoir plus. 

  Luther :

 Cette série est fascinante, fantastique, épique, renversante et tout un tas d’autres adjectifs du genre. Luther,  pour John Luther, inspecteur de police aux méthodes peu conventionnelles mais qui parvient toujours à ses fins pour arrêter les tueurs en séries. Car oui, John s’est un peu perfectionné dans la capture de tueurs en séries. Et ce qui fait la merveille de cette série c’est qu’à la différence de Esprits Criminels où on cherche en même temps que l’équipe qui est l’assassin, dans Luther, on le sait souvent depuis le début et on le voit commettre ses crimes. Et alors, tout l’intérêt c’est de voir comment Luther rentre dans la tête de ces tueurs pour savoir, non pas qui ils sont, mais où ils vont attaquer ensuite, et surtout pourquoi. Luther, c’est un peu le Sherlock des tueurs en séries. A la différence qu’il est encore plus intelligent que Sherlock (si si, c’est possible !). J’avais trouvé le premier épisode long et lent à tel point que j’ai attendu 1 mois avant de regarder la suite. Par contre, à partir de l’épisode 3, impossible à lâcher – j’ai tout regardé à la suite ou presque.
Bref, je vais m’arrêter là, Luther aura droit à un billet spécial tellement c’est bien !

The Hour : 

Voila une autre série qui mérite un billet spécial. The Hour nous emmène dans les années 50, dans les coulisses de l’émission The Hour, sorte de premier journal télévisé. Sur fond de guerre froide et de crise du canal de Suez, The Hour mêle espionnage, secrets politiques, meurtre mystérieux… L’ambiance des années 50 est parfaitement retranscrite (costumes, décors, musique, images) et les acteurs sont parfaits (je suis amoureuse de Ben Whishaw, voila c’est dit). Même si les premiers épisodes sont inégaux et que la série cherche encore un peu ses marques, ne sachant pas très bien ce qui prime le plus (l’émission The Hour, le meurtre mystérieux, ou les agents doubles ?), le potentiel est bien là, et tout semble présager une saison 2 (oui, c’est confirmé !) magistrale.

   South Riding :

Celle-là, c’est le hasard qui l’a mis sur ma route. Je voulais la voir depuis longtemps, mais je trouvais pas de sous-titres. Aussi, imaginez ma joie en découvrant à la page « télé » du journal portugais que la série commençait pile le soir de notre arrivée ! (surtout quand on sait que la série a été diffusée en février dernier seulement !) A 22h34 j’étais donc devant ma télé. Et 1h plus tard, j’étais totalement sous le charme ! South Riding c’est l’histoire de South Riding dans les années 30 – petite ville du Yorkshire qui subit une petite révolution avec l’arrivée de Sarah Burton, la nouvelle directrice de l’école pour filles. Elle apporte avec elle sa jeunesse, son ambition, son idéalisme, sa gentillesse… Elle vit avec son temps et voudrait changer les choses pour améliorer au mieux les conditions d’apprentissage des filles, mais aussi des habitants les plus pauvres de la ville. South Riding c’est 4 épisodes des plus rafraichissants – des personnages attachants, un casting étoilé (Anna Maxwell Martin, David Morrissey, Penelope Wilton et Douglas Henshall pour ne citez qu’eux) des thèmes toujours d’actualités (les conditions de vie des plus démunis, le besoin de nouveauté, les secrets de famille…),  des épisodes oscillant entre tragique et comique, et un final troublant. A voir !

Single Father :

Où quand le meilleur des Doctor (David Tennant donc) fait pleurer dans les chaumières. Après la mort de sa femme Rita, Dave se retrouve seul en charge de ses 4 enfants et doit apprendre à gérer travail et vie de famille nombreuse. Heureusement, Sarah, la meilleure amie de Rita, ainsi que sa belle famille sont là pour l’aider. Mais rien n’est facile, surtout quand passé de Rita, argent et sentiments s’en mêlent. Single Father vaut essentiellement pour ses acteurs, il faut l’avouer. Avec David Tennant en tête bien évidemment. Ça pleure beaucoup (quand il pleure David, il pleure vraiment!), ça passe très vite (4 épisodes de 1h pour 8 mois de passés) et c’est très prévisible. Mais franchement, 4h avec David Tennant, (et Warren Brown en plus)(choupi Justin Ripley dans Luther) ça fait oublier tous les petits défauts de la série.

Voila voila. Un petit mois d’août des plus productifs en somme (oui, je n’ai compté que le moins d’août)(autrement, on s’en serait pas sortis si j’avais du parler aussi de The Fixer, Primeval, The Crimson Petal and The White, Monroe…)(dans un prochain billet qui sait !)

Vous savez donc quoi regarder quand vos séries en cours se termineront !